Archive pour juillet, 2012

Physique quantique : la fente de Young

30 juillet, 2012

 


Flatland : les limites de notre conscience

30 juillet, 2012

Les limites de nos perceptions sont définies par nos croyances. L’éveil de notre conscience doit nous permettre de repousser ces limites.

Image de prévisualisation YouTube

Par analogie, il est maintenant plus facile de remplacer cet vision d’un monde à deux dimensions par celui que nous connaissons à trois dimensions, et d’imaginer notre difficulté à être mis en présence de nouvelles dimensions y interférant.

Ne nous arrêtons pas à ce que nous prenons pour acquis sans jamais rien remettre en cause.

Moutons dociles

30 juillet, 2012

L’homme n’est rien de plus qu’une machine qui pense en boucles programmées et ment à son esprit conscient qui vit alors dans ces mensonges. Autrement dit, nous rêvons et dormons en pensant que nous sommes éveillés, ou, comme le dit Gurdjieff, des magiciens :

« Un conte oriental parle d’un très riche magicien qui avait de nombreux troupeaux de moutons. Ce magicien était très avare. Il ne voulait pas prendre de bergers, et il ne voulait pas non plus mettre de clôture autour des prés où paissaient ses moutons. Les moutons s’égaraient dans la forêt, tombaient dans des ravins, se perdaient, et surtout s’enfuyaient à l’approche du magicien, parce qu’ils savaient que celui-ci en voulait à leur chair et à leurs peaux. Et les moutons n’aimaient pas cela.

À la fin, le magicien trouva le remède. Il hypnotisa ses moutons et leur suggéra tout d’abord qu’ils étaient immortels et que d’être écorchés ne pouvait leur faire aucun mal, que ce traitement était au contraire excellent pour eux et même agréable ; ensuite le magicien leur suggéra qu’il était un bon pasteur, qui aimait beaucoup son troupeau, qu’il était prêt à tous les sacrifices pour lui; enfin, il leur suggéra que si la moindre chose devait leur arriver, cela ne pouvait en aucun cas leur arriver dès maintenant, dès aujourd’hui, et que par conséquent ils n’avaient pas à se tracasser. Après quoi le magicien mit dans la tête de ses moutons qu’ils n’étaient pas du tout des moutons; à quelques-uns d’entre eux, il suggéra qu’ils étaient des lions, à d’autres qu’ils étaient des aigles, à d’autres encore qu’ils étaient des hommes ou qu’ils étaient des magiciens.

Cela fait, ses moutons ne lui causèrent plus ni ennuis, ni tracas. Ils ne s’enfuyaient plus jamais, attendant au contraire avec sérénité l’instant où le magicien les tondrait ou les égorgerait. »

Ce conte illustre parfaitement la situation de l’homme.

P.D. Ouspenski, Fragments d’un enseignement inconnu

I Pet Goat II

21 juillet, 2012

Fascinante vidéo empreinte de symbolismes, plusieurs visionnages sont nécessaires pour y découvrir toute la portée tant métaphorique que spirituelle.

Les détails ont leur importance !


Un exemple à suivre ?

18 juillet, 2012

Le silence dans les médias sur l’Islande est révélateur, le peuple peut faire face à la crise et regagner une véritable démocratie, ce qui n’est pas du goût des gouvernements qui veulent nous contrôler et nous maintenir en esclavage.

Image de prévisualisation YouTube
1234